1. Unafo
  2. Centre de ressources
  3. Circulaire sur le développement du logement étudiants et jeunes actifs

Circulaire sur le développement du logement étudiants et jeunes actifs

Catégories
  • Logement des jeunes

Le 29 juillet 2019 ont été publiées la circulaire sur le développement du logement étudiants et jeunes actifs et la lettre de mission d’Yves Rauch, chargé de mission à la DHUP Logement étudiant et jeunes actifs.

Elles précisent le cadre que fixe l’Etat aux services déconcentrés pour développer ce type de logement pour les jeunes et répondre aux objectifs fixés par le Président de la République de créer 60 000 places supplémentaires pour le logement étudiants et 20 000 pour les jeunes actifs. Dans ce cadre et en amont, l’Unafo avait rencontré M. Rauch en mai dernier. L’échange avait porté plus particulièrement sur les résidences jeunes actifs.

Avec 30 000 logements destinés spécifiquement aux jeunes dans des résidences dédiées, 1/3 en FJT, 1/3 en résidences jeunes actifs, 1/3 en résidence pour étudiants, les adhérents de l’Unafo sont particulièrement concernés par ces documents qui viennent, en partie, corriger l’absence d’une véritable politique cohérente du logement des jeunes.

Le développement du logement étudiant n’appelle pas de commentaires particuliers : les deux textes s’inscrivent dans la continuité : les dispositifs sont bien définis, les outils existent et permettent la coordination de l’ensemble des acteurs.

Résidence jeunes actifs

La notion de résidence jeunes actifs ne correspond pas à un dispositif et elle est utilisée pour des résidences sociales, des résidences pour étudiants conventionnées ou non. De plus, la loi Elan a ouvert la possibilité de faire de la résidence jeunes actifs conventionnée en locatif, vraisemblablement financée en PLUS ou PLS. Si les RJA résidences sociales de notre réseau continuent à se développer dans certaines régions, la DRIHL y a mis un coup d’arrêt en Ile de France, le texte était donc attendu. Que dit-il ?

« Les logements à destination des jeunes actifs pourront quant à eux s’intégrer de façon diffuse dans la production courante, en mobilisant notamment les nouvelles dispositions de la loi Elan ou dans des offres en résidences éventuellement mixtes. Ces dernières prendront alors de façon privilégiée la forme de foyer de jeunes travailleurs ou de résidences sociales au projet social adapté pour l’accueil de jeunes actifs rencontrant des difficultés d’insertion sociale. Vous veillerez à ce que ces projets n’aient pas un effet d’éviction des projets de résidences sociales généralistes destinées à accueillir des publics plus larges, parmi lesquels peuvent d’ailleurs figurer des jeunes actifs. Je vous invite à faire part des éventuelles difficultés relatives au montage de ces structures en particulier des FJT, qui pourraient justifier des adaptations législatives ou règlementaires de cet outil privilégié. »

Si l’on peut regretter que l’Etat inclut les FJT dans les résidences jeunes actifs, on ne peut que se féliciter de l’examen attentif des blocages au montage des FJT dont le processus d’autorisation par appel à projets apparait aujourd’hui comme un frein à leur développement. Pour le reste, le texte ménage l’ensemble des acteurs et ne contredit personne : dans ce cadre, l’Unafo ne peut donc que souligner son souhait que puisse être repris le développement des résidences sociales jeunes actifs (non FJT) en Ile de France et souhaite que cette possibilité soit actée dans le cadre du groupe de travail Drihl / Aorif / Unafo sur les résidences sociales.

Télécharger les documents

Circulaire sur le développement du logement étudiants et jeunes actifs, 29 juillet 2019
Lettre de mission de Yves Rauch