Catégories
  • Événement

Débats, ateliers, dialogues avec, forums : retrouvez le contenu des riches échanges de ce mardi 24 novembre.

  • Débat : Comment adapter l’accompagnement des personnes logées en temps de crise sanitaire ?

Cynthia Fleury, philosophe, Marie-Apolline Barbara, économiste à la direction générale du Trésor et Arnaud Richard, directeur général de Coallia étaient réunis autour de Stéphane Courgeon, journaliste pour échanger autour de l’accompagnement des personnes logées pendant cette période de crise sanitaire.


Marie-Apolline Barbara a présenté l’étude des inégalités de logement pendant le confinement (cf ci-dessous, et l’étude complète sur ce lien). Cynthia Fleury a insisté sur le “care” et l’importance du lien et de la proximité auprès des personnes en fragilités tout en soulignant avec Arnaud Richard, tout le travail mené au quotidien par les travailleurs sociaux et les équipes de terrain, qui peuvent se trouver parfois face à des difficultés liées aux souffrances psychiques vécues par les résidants.

Les acteurs du logement accompagné face à la crise sanitaire Covid19

Retrouvez les documents

Inégalités de conditions de logement pendant le confinement – PPT MA Barbara
Inégalités de conditions de vie face au confinement – Août 2020
  • Dialogues avec… Marine Jeantet, déléguée interministérielle à la lutte contre la pauvreté

« Les personnes les plus précaires ont été fortement impactées par la crise, par la perte de ressources mais aussi par l’impact sur leur santé mentale. » C’est par ces mots que Marine Jeantet, délégué interministérielle à la lutte contre la pauvreté, a commencé son intervention. Face à cette crise, « la stratégie du gouvernement a été adaptée, notamment concernant le logement, avec la prévention des expulsions locatives ». Les questions de l’accès aux droits et du maillage des acteurs locaux est essentielle.

Frédéric Jouet de Adelis a notamment pointé les difficultés de la crise sanitaire : « nous avons identifié à la sortie du premier confinement une précarité accrue mais aussi une fragilité renforcée des personnes logées ». Il a insisté également sur les inquiétudes liées à la mise en œuvre de la contemporanéité des aides au logement, la précarisation des publics et les modalités d’accompagnement.

Répondant aux interventions de la salle, Marine Jeantet a souligné que le choix du gouvernement n’était pas à ce stade d’élargir le RSA aux jeunes, mais que la situation des jeunes est « une préoccupation majeure du gouvernement ». Concernant le RUA, elle a rappelé « le souhait de capitaliser sur les travaux techniques de la fin de l’année dernière ».

  • La protection, l’hébergement et le logement des personnes en situation de précarité avec Alain Christnacht, président du Samu Social de Paris

Alain Christnacht, auteur d’un rapport intitulé “La protection, l’hébergement et le logement des personnes en situation de précarité”, publié le 11 septembre dernier, présente une partie de ses 38 propositions autour de 5 thèmes :

  1. Les ressources des personnes en situation de précarité : revalorisation, revenus pour les étudiants et les moins de 25 ans, tickets services..
  2. L’accès aux droits et notamment la question de la domiciliation, de l’accès à la santé, à la bancarisation, la fracture numérique, le droit des étrangers
  3. L’hébergement : l’accès au 115, l’hébergement à la nuitée, la qualité de l’offre d’hébergement…
  4. L’accès au logement et le maintien dans le logement et en particulier la question des expulsions locatives pour laquelle l’Etat a confié une mission à un député
  5. L’offre de logement et notamment de l’offre de logement adapté

Pour Alain Christnacht, les résidences sociales, les pensions de famille et l’intermédiation locative sont à favoriser : ce sont des solutions d’un réel logement décent qui s’inscrit dans une temporalité plus longue. Ces propos sont notamment illustrés par Jean-Jacques Jeulin, directeur de l’association Nelson Mandela au Mans, qui a travaillé de concert avec le Conseil départemental et l’Etat pour loger au sein de résidences sociales des familles et des jeunes auparavant hébergés à l’hôtel : les économies réalisées sur les nuitées hôtelières ont permis le financement de l’accompagnement social des personnes, logées dans de meilleurs conditions.

Retrouvez les documents

Rapport d’Alain Christnacht
  • Dialogues avec… Franck Bellivier,  délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie

La crise sanitaire et les épisodes de confinement qui l’accompagnent ont un impact évident sur la santé mentale des personnes les plus fragiles que sont notamment les résidants des pensions de famille et des résidences accueil, et plus généralement du logement accompagné.

L’Unafo a donc souhaité organiser un temps d’échanges avec Frank Bellivier, délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie pour évoquer, au-delà des actions menées à l’occasion de la crise sanitaire, les pistes pour renforcer les liens de collaboration entre les acteurs de la santé mentale et ceux du logement accompagné.

Franck Bellivier a rappelé la feuille de route de la délégation ministérielle, dont l’objectif est de mener une réforme du secteur de la santé mentale et de la psychiatrie selon les trois axes interdépendants que sont la prévention, l’offre de soin et la réinsertion, afin d’offrir aux personnes souffrant des troubles psychologiques un véritable parcours individualisé. L’accès au logement fait partie intégrante de ce plan et se traduit notamment par les avancées sur l’habitat inclusif et le programme « un chez soi d’abord »

Suivant l’évocation par l’association ACAP22 de son expérience réussie de partenariat avec les acteurs locaux de la santé mentale, le délégué ministériel a insisté sur la nécessité pour les acteurs du logement accompagné de s’intégrer dans les Programmes Territoriaux de Santé Mentale qui sont en cours de mise en place dans chaque département avec pour but la contractualisation des partenariats entre les différents acteurs, gage de collaboration pérenne.

Enfin Franck Bellivier a rappelé le rôle que peut jouer la délégation, via le réseau des référents départementaux de santé mentale, pour recréer les liens distendus sur certains territoires.