Catégories
  • Politiques Publiques

La DHUP a publié le 2 septembre le bilan 2019 des logements aidés. Ce bilan reprend les chiffres de production des différentes composantes du logement social. Ce bilan vient confirmer de nombreuses inquiétudes de l’Unafo et renforcent ses demandes.

Ce document reprend les chiffres de production des différentes composantes du logement social, déclinés pour la plupart au niveau régional. Le document complet est téléchargeable ici

Concernant le logement social collectif, la production 2019 est en léger repli (-1.4%) avec 7658 logements agrées en 2019.

  • Dans le détail, les résidences sociales reculent de 4,1% avec 6264 logements agrées l’an dernier, pendant que les agréments de logements en pensions de famille/résidences accueil progressent de 10,3% avec 1394 logements agréés.
  •  Le Plan de Traitement des Foyers de Travailleurs Migrants (PTFTM) reste une part très importante des logements « nouveaux » agréés en résidences sociales, puisqu’avec 3189 logements (-4.3% par rapport à 2018), il représentent presque la moitié de la production.
  • Les dispositifs « jeunes » arrivent en deuxième position avec 1466 logements agrées au niveau national, soit un peu moins d’un quart des nouveaux agréments.
  •  Concernant le produit spécifique PLAI Adapté, on notera une poursuite du développement de l’offre avec 1 213 logements agréés en 2019 (+28,4%), mais avec un rééquilibrage de la répartition entre logement ordinaire (48%) et résidence sociale/pension de famille (52%).

Enfin le plan de financement moyen d’un logement PLAI en dispositif collectif évolue peu en 2019 : le coût au logement est stable, à près de 80 000 €  et son financement fait appel pour 30% à des subventions (Etat et Collectivité Locales), à 62% à des prêts et pour 8% aux fonds propres du porteur de projets, chiffres quasi identiques à 2018.

S’appuyant sur ces données chiffrées, l’Unafo rappelle ses demandes, notamment la nécessité :

  • d’accélérer le plan de traitement des foyers de travailleurs migrants en dégageant les moyens financiers nécessaires,
  • de définir une véritable stratégie de développement des résidences sociales, en-dehors de l’effet du traitement des foyers de travailleurs migrants,
  • de revaloriser fortement l’enveloppe de 100 millions d’euros prévue dans le plan de relance dédiée aux personnes en situation de précarité qui prévoit notamment une accélération du PTFTM et la création de résidences sociales.